lundi 7 mai 2012

Ode à mes lecteurs


Cher lecteur,

J'espère que vous avez appris quelque chose au sujet de l'influence française à Chicago à partir de ce blog sur mes pensées et mes articles, et que vous continuerez à explorer la ville comme si vous étiez "Marquette et Joliet". On a vu beaucoup de choses concernant la culture française à la ville de Chicago. On a mangé au French Pastry School, appris de l'histoire française et de ses effets sur la ville actuelle, goûté le meilleur fromage français au Chicago French Market, et qui pourrait oublier, la belle architecture de la ville! Cette aventure a été merveilleuse et je vous remercie de l'avoir appréciée avec moi. Cependant, j'ai seulement commencé l'expérience, maintenant, c'est à vous de continuer cette aventure. Je me rappelle de mon séjour à Paris quand j'avais l'habitude de traverser le pont de la Concorde, le pont construit par les pierres de la Bastille. L'histoire est visible pour tout le monde à voir. C'est pareil à Chicago. Prenez un moment pour voir le monde autour de vous et apprenez son histoire.

L'expérience française ne se trouve pas seulement à Chicago. Il y a beaucoup de personnes influentes partout dans l'histoire américaine qui était reliées à la vie française. Benjamin Franklin était l'Ambassadeur de France et a aidé à négocier le Traité de Paris. A Philadelphie, Stephen Girard, né Etienne Girard de Bordeaux, possédait le First Bank of the United States et a aidé à financer la guerre de 1812 contre les Anglais. Aujourd'hui on peut trouver son nom sur l'une des routes les plus célèbres de Philadelphie, l'Avenue de Girard. Les Etats-Unis sont un très grand pays avec beaucoup d'histoire.


Finalement, avant de vous laisser, je veux remercier Lake Forest College. Je me rappelle la première journée où je suis arrivé à Lake Forest College. Je me spécialisais en science politique et en étude du monde Islamique. J'ai suivi un ou deux cours en français, mais pas beaucoup. Ma conseillère Carol Gayle m'a recommandé que je suive un cours de français avec Prof Jean-Luc Garneau et il a changé ma vie. Je me rappelle l'ambiance; Toute la journée on écoutait la même chanson, Moi j'ai quitté mon pays bleu par Roger Whittaker . Je me rappelle le premier poème que j'ai lu en français, Chanson d'Automne par Paul Verlaine. Merci, Prof. Garneau. Je me rappelle le premier moment quand j'ai décidé que je voulais me spécialiser en français; c'était pendant un cours que j'ai suivi appelé la France contemporaine avec Prof. Hahn. Elle est la raison pour laquelle j'ai écrit ce blog. Merci, Prof Hahn. Je me rappelle les profs qui m'ont aidé toute la journée...les profs qui m'ont dit: "Ne laisse pas tomber! C'est en forgeant qu'on devient forgeron!" C'est à cause d'eux que je suis allé à Paris où ma vie a changé pour toujours, et à cause d'eux que j'ai travaillé à l'Assemblée Nationale, et c'est la raison que je suis qui je suis. Ce blog est pour eux, c'est un symbole de ma reconnaissance, avec un message: je ne vous oublierai jamais. 

Enfin, je vous quitte avec un mot de conseil: ne jamais cesser d'étudier, et surtout, ne jamais cesser d'explorer vos rêves, vos pensées, et vos idées. Pour la dernière fois, merci d'avoir lu mon blog.


Matt DeMaris





Les Institutions françaises à Chicago


Alliance française de Chicago
L’Alliance Française est née à Paris en 1883. Il y avait près de 50.000 participants y compris des écrivains, des peintres, des scientifiques, et des hommes d’état de partout dans le monde. Il y avait 18 membres du Conseil de Direction au début. En 1897, un groupe de Chicagoans a fondé L’Alliance Française de Chicago avec l’Université de Chicago. Au début, L’Alliance Française se trouvait au Fine Arts Building, situé à 410 South Michigan Avenue. On a fondé L’Alliance afin de promouvoir la culture française et d’allier la communauté française qui s’est intéressée au sujet de la littérature française et de la France en général. Il y avait 4 départements en 1908 : L’Ecole (le lycée), les Conférences, la Bibliothèque, et le Cercle. La Bibliothèque avait la plus grande collection des livres français aux Etats-Unis.


L’Alliance Française commençait à se développer et en 1922 elle a présidé des événements à Ferry Hall, à Lake Forest, et au French Modern Theatre. En 1940, L’Alliance a contribué à la deuxième guerre mondiale en travaillant avec la Croix Rouge Américaine. Les participants ont fait des pansements et les ont envoyés à l’Angleterre afin d’aider les réfugies français.

En 1967, Roger McCormick a donné un nouveau siège social à L’Alliance Française à 1519 North State Parkway et en 1981 le Roger McCormick Scholarship Foundation s’est fondé. En 1976 il y avait une fusion entre L’Alliance Française de Chicago et la Maison-Française, l’un de ses compétiteurs.  En 1980, le siège social de l’Alliance Française a encore déménagé à son adresse actuelle 810 North Dearborn Pkwy. Ce siège social est une maison du dix-neuvième siècle. A la fin du 20ème siècle, l’Alliance comprend 2000 étudiants, 30 facultés, et un très bon programme d’études pour tous ces membres. 
Alliance Française de Chicago
De nos jours on peut participer plusieurs événements, suivre plusieurs cours, ou lire des livres dans la bibliothèque de l'Alliance Française. Il y a aussi des programmes pour enfants et des excursions. C'est une très bonne organisation qui mérite l'attention des francophone à Chicago qui veulent faire partie d'un réseau de francophone. Si vous vous y intéressez, l'Alliance montrera un film appelé Violette Nozière le 9 mai et servira du vin à 18h00 au 54 W. Chicago Ave. Si vous y êtes allés, laissez un commentaire et racontez votre expérience. 


Le Consulat Général de France à Chicago
Il y a d'autres institutions françaises à Chicago qui méritent notre attention. Par exemple, le Consulat Général de France. Le consulat nous offre des liens utiles, de bons services, et bien sûr de bonnes informations sur la culture, l'éducation, et les nouveautés en France et aux Etats-Unis. 


Le site-web offre des ressources qui sont utiles aux étudiants américains, ainsi qu'aux Français, ceux qui sont intéressés pour travailler ici ou ailleurs, et tout le monde qui veut apprendre quelque chose sur la France. Le consul général de France s'appelle Monsieur Graham PAUL. Il a joint le service extérieur en 1984 et a aidé la France avec les affaires allemandes au cours de la chute du Mur de Berlin. Sans doute, Le Consulat Général de France est l'une des institutions les plus importantes pour les Français à Chicago.


La Chambre de Commerce Franco-Américaine de Chicago
Finalement, si vous vous intéressez à trouver un boulot à Chicago, La Chambre de Commerce Franco-Américaine de Chicago peut vous aider. C'est à cause de cette Chambre que j'ai trouvé un emploi à VISTA France à Chicago. La Chambre offre des informations sur des réunions françaises, des événements français, et d'autres choses qui peuvent vous aider à établir un réseau professionnel de gens qui cherchent à travailler dans la ville. C'est l'une des dix-neuf organisations aux Etats-Unis. La Chambre est juste l'une parmi plusieurs institutions qui offrent une opportunité pour les francophones de se rencontrer. Le lycée français fournit aussi une très bonne opportunité aux étudiants qui sont intéressés au monde francophone. Ensemble, ces institutions créent une communauté de personnes qui font de Chicago une meilleure ville à habiter.

La Chicago French Pastry School
La French Pastry School
La France est divisée en 22 régions et 101 départements, y compris ceux qui sont situés en outre-mer. De ces régions et départements, il y a une chose qu'ils ont en commun...ils connaissent le secret pour faire le meilleur pain du monde. Quand je suis rentré aux Etats-Unis, je me rappelle que j'étais désespéré de trouver du pain similaire au pain que j'avais l'habitude de manger à Paris et ailleurs en France. Afin de le trouver, j'ai appelé Elain Kilby à la French Pastry School de Chicago. Elle m'a invité à l'événement appelé la French Pastry Experience. Je vous raconte mon expérience ci-dessous.


L'Art du Gâteau
Photo de Matt DeMaris
Je n'avais pas mangé toute la journée quand je suis arrivé à la French Pastry School de Chicago. Il pleuvait donc j'étais content quand j'ai vu la porte à tambour à l'entrée du Chicago City Schools. En 1995, deux grands chefs appelés Chef Jacquy Pfeiffer et Chef Sébastien Cannone ont fondé la French Pastry School. Quand je suis entré dans le bâtiment, j'étais agréablement surpris de rencontrer et serrer les mains du directeur des opérations, Monsieur Franco Pacini. Au troisième étage, il y avait un groupe d' étudiants qui m'ont fait visiter l'école. Il y a surtout trois programmes à la French Pastry School. L'Art du Gâteau, L'Art de la Pâtisserie, et L'art de la Boulangerie. Les cours durent entre 8 semaines et 24 semaines, dépendant du programme.

La Salle des Gâteaux
Photo de Matt DeMaris

L'une des salles, que j'ai eu l'opportunité de voir, s'appelle la salle des Gâteaux (The Cake Room). Immédiatement, j'ai pensé à l'émission Iron Chef! Je pouvais voir que cette école était sérieuse. Pendant la visite, il y avait une très grande salle des gâteaux; mais pas de gâteaux typiques, ces gâteaux étaient simplement étonnants! Ils étaient grands, petits, vert, orange, à l'envers, et farfelus; Après avoir vu cette salle, je ne regarderai plus jamais un gâteau de la même façon. 


Ensuite, il y avait une présentation par Chef Johnathan Dendauw et Chef Scott Green. Ils ont préparé des madeleines aux miel et citron, des bonbons au chocolat, des tuiles, et un ananas rôti. J'admets que tout était délicieux. Puis, ils m'ont donné un sac de cadeaux. A l'intérieur, il y avait du pain, un pot de conserve, des bonbons, et un muffin. J'étais très content de l'expérience, et je recommande que vous y alliez pour leurs rendre visite. Si vous y êtes allés, exprimez des commentaires de votre expérience ci-dessous!


Le Sac de Cadeau
Photo de Matt DeMaris













mercredi 25 avril 2012

La Gastronomie française à Chicago
Chicago French Market
Photo de Rebecca Taras
Quand on pense à la nourriture de Chicago, il faut dire qu'il y a beaucoup de types de nourriture qui ne sont pas vraiment français: Le Hot-Dog style Chicago, la pizza "deep-dish", le saucisson polonais, et n'oublions pas McDonalds qui est né tout près de Chicago à Des Plaines, en Illinois. Cependant, avec un peu d'effort et un oeil vigilant, c'est possible de trouver de la bonne nourriture française à Chicago. En fait, j'ai trouvé qu'il y a beaucoup de lieux à Chicago où on peut goûter de la nourriture française et avoir une expérience dans une atmosphère typique d'un restaurant français à Paris ou ailleurs. Alors, suivez-moi pendant je vous raconte ma recherche et mes expériences sur comment je me suis mis en quête de la vraie gastronomie française à Chicago.


Quand je pense à la culture française, la première chose à laquelle je pense, c'est la grande quantité de fromages différents, suivie des baguettes françaises croustillantes et légères, et finalement, les desserts.  En France, il y beaucoup de fromageries, boulangeries, et pâtisseries. Quand je suis rentré aux Etats-Unis, j'ai fait une recherche sur google afin de trouver une boulangerie et la seule boulangerie que j'ai trouvée,  était Panera Bread. J'étais triste, mais je n'allais pas laisser tomber cette quête! Je me rappelle bien mon trajet à Ogalvie Transportation Center. J'avais faim et je voulais quelque chose à manger. Je me rappelle que j'ai pensé, "Waaa! Qu'est-ce que c'est!?" Il y avait une enseigne: Chicago French Market


Photo de Matt DeMaris
Le Chicago French Market est un marché européen, fondé le 3 décembre 2009 par un partenariat entre la famille Bensidoun, le plus grand opérateur de marché à Paris, et U.S. Equities Realty, une entreprise qui fournit les fonds pour soutenir ces projets. Le marché comprend de petits vendeurs de nourriture, y compris des crêperies, des boulangeries, des vendeurs internationaux et des vendeurs locaux.  Quand le marché s'est ouvert en 2009, il y avait 25 vendeurs en tout. J'étais content de rencontrer Madame Marian Jarocki, la directrice du marketing au Chicago French Market, pour parler de l'influence du marché sur la ville de Chicago. Voici un résumé de mon interview avec elle le 22 avril 2012:

Moi: Bonjour cette entretien . En quelle année est né le Chicago French Market?

Marian Jarocki: C'est ouvert a commencé en décembre 2009.

Moi: Qu'est-ce qui a motivé la création du Chicago French Market?

Marian Jarocki: Il y avait un accord de 99 ans entre US Equities Realty et Metra et Union Pacific Railroads pour développer, louer, et gérer ce projet. Le Président, Bob Wislow, envisageait le développement d'un marché qui serait similaire aux marchés trouvés à Milwaukee, Seattle, Cleveland, et New York. A ce moment-là, ils ont décidé de signer un accord avec la famille de Bensidoun qui gère près de 80 marchés à Paris et ailleurs. Par exemple, la famille gère 13 marchés en plein air y compris le Wheaton French Market et le Wilmette Market. Ils ont commencé par louer un local à Chicago et à l'intérieur, ils ont créé le Chicago French Market. Le marché s'améliore chaque année. 

Moi: Depuis l'ouverture officielle du Marché, avez-vous vu une augmentation de sa popularité?

Marian Jarocki: Oui. Il y a des personnes qui cherchent de la nourriture locale et durable. Les gens veulent un marché qui peut leur fournir un très bon déjeuner à emporter.

Moi: Comment le Chicago French Market a-t-il touché la communauté qui l'entoure?

Marian Jarocki: C'est un problème difficile à résoudre. Le quartier comprend beaucoup de jeunes qui viennent au Marché de temps en temps. Les propriétaires des appartements l'aiment, mais les jeunes ne préparent pas leur repas régulièrement, donc ils vont au marché afin d'acheter de la nourriture à emporter. C'est une très bonne expérience. Le marché accueillis beaucoup d'événements annuels qui attirent l'attention des gens du quartier. Ces événements comprennent un festival artisanal, de la sculpture de citrouille, nos événements de Noël et de Pâques, la Marche de Noël, et nos cours de danse latine.

Moi: Qu'est-ce que l'on peut attendre du Chicago French Market dans les années à venir?

Marian Jarocki: De meilleurs vendeurs, plus d'entreprises motivées par des chefs de cuisine, et de la nourriture délicieuse dans un seul et même endroit; c'est pratique. On va faire ça et plus encore. Le Chicago French Market va être la meilleure destination pour les "foodies" de Chicago et ailleurs. 

Moi: Quels sont les événements prochains au Chicago French Market?

Marian Jarocki: Chaque mois, il y a un nouvel événement. Ce mois-ci, le samedi, on va accueillir l'événement annuel appelé Artisan Producer Fest, où plus de 70 artisans discuteront de leurs produits. On s'attend à plus de 8.000 personnes. 

Moi: Est-ce qu'il y a des vendeurs qui vendent de la nourriture locale? 

Marian Jarocki: Oui, Wisma et Pastoral Artisan.

Moi: Merci de votre aide. Enfin, j'ai une dernière question. Quel est votre vendeur préféré au Chicago French Market et pourquoi?

Marian Jarocki: Mon vendeur préféré est Wisma parce que c'est un vendeur motivé par un chef de cuisine qui prépare tous ses produits le matin à Lake Bluff et les vend à Chicago.

________________________________________________________________________

Quant à moi, quand je vais au Chicago French Market, je vais toujours au Pastoral Artisan. Là, on peut trouver une grande variété de fromages français et de vins français. Une journée n'est pas complète sans baguette et Camembert et Pastoral Artisan a le meilleur Camembert de Normandie à mon avis. Cependant, j'étais le plus surpris quand j'y ai trouvé mon fromage préféré, le sainte-maure-de-Touraine, un très bon fromage français d'Indre et Loire. 

le sainte-maure-de-Touraine

Mais si vous vous intéressez aux desserts français, alors, jetez un coup d'oeil aux macarons de Canady Le Chocolatier à l'entrée du marché où j'ai aussi goûté un très bon gâteau des rois! 

Photo de Matt DeMaris
Il faut dire que bien que j'aie trouvé le Chicago French Market, je n'étais pas complètement satisfait de ma recherche. Quand j'ai pensé à mon expérience en France, il y avait une seule chose qui me manquait: le pain. Il me faillait trouver une autre boulangerie à Chicago qui vendait du pain français. Donc, je suis allé au super-marché appelé Fox & Obel.

Le site-web affiche que Fox & Obel a été fondé le 30 août 2001 et a été conçu par Ken Obel, Ari Fox, et Gary & Meme Hopmayer. Leur but était de créer un super-marché qui comprend les meilleurs produits de partout dans le monde. Ils sont particulièrement connus pour leur boulangerie, l'un des boulangeries les plus connues à Chicago. Ils notent qu'ils n'utilisent ni levure commerciale ni machines dans la cuisson de leur pain. J'ai goûté un peu de leurs baguettes, et il faut dire que le goût était parfait. En fait, en 2011, Bon Appétit a mentionné Fox & Obel dans leur liste des meilleures boulangeries aux Etats-Unis. Le Super-Marché ne comprend pas seulement du pain. Il comprend une fromagerie, une charcuterie, et un café. Je préfère y aller afin d'acheter un sandwich mixte au café et de l'Orangina. 

La Boulangerie à Fox & Obel

Enfin, si vous avez une folle envie de la nourriture française, Chicago peut vous aider à en satisfaire. Je vous ai présenté mon point de vue et mon expérience de la gastronomie française à Chicago; dites-moi si vous avez eu une expérience similaire et si vous êtes content de la nourriture française à Chicago. Est-ce que vous êtes allé au Chicago French Market, ou à Fox & Obel? Est-ce que vous avez mangé chez un des restaurants français à Chicago? Laissez un commentaire et exprimez votre avis! 



mercredi 11 avril 2012

L'Institut d'art de Chicago


La Jaconde
Le Musée du Louvre
A Paris, il y a beaucoup de musées que les voyageurs peuvent visiter afin de voir des exemples de l'art populaire. Le musée le plus populaire est le musée du Louvre où des millions de voyageurs peuvent voir La Joconde. Cependant, il y a beaucoup plus d'exemples similaires. Si on est intéressé  au mouvement impressionniste, le musée d'Orsay possède la plus grande collection des oeuvres impressionnistes du monde. A Chicago, il y a un musée qui ressemble au musée d'Orsay parce qu'il a aussi une grande collection d'oeuvres impressionnistes et post-impressionnistes, y compris des peintures de Frédéric Bazille, Eugène-Louis Boudin, Gustave Caillebotte, Paul Cézanne, Edouard Manet, Claude Monet, Pierre-Auguste Renoir, et Georges Seurat. Le musée s'appelle l'institut d'art de Chicago (The Art Institute of Chicago).

L'Institut d'art de Chicago est le deuxième plus grand musée d'art en Amérique du Nord. Le bâtiment était construit afin d'éblouir les participants de l'exposition universelle de 1893 à Chicago. L'institut a embauché Shepley, Rutan, et Coolidge de Boston pour concevoir le bâtiment au style des beaux-arts, le style appris à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris. A l'entrée de l'Institut d'art de Chicago, il y deux statues en bronze de lions construites par Edward Kerneys, un sculpteur qui a étudié à Paris en 1878. On dit que les oeuvres d'art de Kerneys étaient influencées par le sculpteur français appelé Antoine Louis Barye. Enfin, c'est-à-dire que le bâtiment de l'Institut d'art de Chicago a vraiment été influencé surtout par la France. 


L'Institut d'art de Chicago
A l'intérieur du bâtiment, on trouve une grande collection d'oeuvres d'art français. Si vous êtes français, il faut que vous voyiez l'exposition d'art européen et d'art du moyen âge. Là on trouve la tête d'un apôtre. Pourquoi est-ce que c'est intéressant? Quand vous visitez Paris, je recommande que vous visitiez le musée de Cluny. Il y a des statues bizarres des têtes de rois bibliques, trouvé au niveau du site d'excavation en 1977. Pendant la Révolution française de 1789, les citoyens de la France ont pensé que ces têtes étaient les têtes des rois français. Alors, Ils ont décapité les statues comme ils ont décapité leur rois français.  L'une de ces têtes se trouve à l'Institut d'art de Chicago. 


Si les statues ne vous intéressent pas, alors, il faut que vous fassiez un tour de l'exposition d'art européen où il y a beaucoup d'exemples de l'art impressionniste et de l'art post-impressionniste. L'institut d'art de Chicago a l'une des plus grandes collections des oeuvres d'art impressionniste et d'art post-impressionniste du monde. L'un de mes peintres préférés s'appelle Gustave Caillebotte. Il est né à Paris en 1848 et est mort en 1894. Il a conçu la peinture populaire appelée la Rue de Paris, temps de pluie en 1877. A mon avis, la peinture se caractérise par la tristesse d'une journée sombre sous la pluie à Paris. Je l'adore. 
La Rue de Paris, temps de pluie
L'Institut d'art de Chicago

Bien sûr, si l'art impressionniste vous intéresse, vous devez visiter l'exposition d'oeuvres d'art de Monet, Manet, et Renoir. Leurs oeuvres d'art comprennent Le Philosophe, Les Nénuphars, Le Paysage marin. Leurs peintures ont été conçues pendant une époque où l'impressionnisme était le style dominant. Au début, on n'a pas bien apprécié l'impressionnisme en France. En fait, l'Académie des Beaux-Arts a rejeté ses oeuvres d'art jusqu'à ce que l'Empereur Napoléon III ait décrété que ses peintures devaient se présenter au public en forme d'une exposition. L'exposition s'est appelée le salon des Refusées. Cette exposition a attiré plus de gens que le Salon de Paris. C'était le point tournant de l'impressionnisme. 


L'une des peintures les plus populaires à l'Institut d'art de Chicago s'appelle Un dimanche après-midi à l'Île  de la Grande Jatte par Georges Seurat. La peinture est importante parce qu'elle contestait directement les pensées et les idées de l'impressionnisme à ce moment-là. On a baptisé la peinture une oeuvre néo-impressionniste. C'est un exemple du pointillisme. Même si tout le monde n'a pas aimé la peinture, Un dimanche après-midi à L'Île de la Grande Jatte a clairement changé l'avenir de l'impressionnisme. 


Un Dimanche après-midi à L'Île de la Grande Jatte
L'Institut d'art de Chicago
Si on veut visiter l'Institut d'art de Chicago, je suggère que vous visitiez son site à http://www.artic.edu/aic/ ou le musée à:


111 South Michigan Avenue
Chicago, Illinois 60603
USA


Ceci conclut notre petit tour de l'art français de l'Institut d'art de Chicago. Est-ce que vous êtes impressionné par l'influence que les Français ont eu sur les oeuvres d'art à ce musée? Laissez un commentaire et exprimez votre avis à ce sujet. 







jeudi 5 avril 2012

La Culture Française: L'Art et l'architecture à Chicago


A Paris, je me rappelle que tous les jours, je me promenais à côté de la Seine, et j'admirais la beauté de l'architecture des bâtiments et l'histoire de leurs façades. Je peux encore voir les styles différents, y compris l'architecture gothique et l'art nouveau. Je me rappelle aussi le plan des autoroutes de la ville. Comme habitant de la ville de Philadelphie, je n'étais ni habitué aux grands boulevards de Paris qui étaient conçus par le Baron Haussmann ni à la quantité de parcs de la ville. Heureusement, Chicago se compose de tous ces éléments. On va visiter les sites principaux de Chicago où on pourrait trouver des styles français différents vus à travers l'architecture et l'art. 


Une Vue aérienne de Paris
Photo de AP
Jour 1 
La première chose qu'on voit quand on arrive à Chicago, c'est la grande taille des autoroutes. Comme les grands boulevards des Champs-Elysées, Chicago comprend des routes et des trottoirs immenses. C'est attribué au plan Burnham. En 1909, après le grand feu de Chicago, la Ville a embauché Daniel Burnham pour concevoir un nouveau plan de reconstruire l'image de la ville. Burnham a conclu que la ville avait besoin de 6 types d'améliorations différentes. Ils comprennent:

1) Des améliorations au bord du lac
2) Un meilleur système d'autoroute
3) Un meilleur système de chemins de fer
4) Plus de parcs 
5) Un meilleur arrangement des routes
6) Plus de bâtiments et de monuments qui représentent la culture et le gouvernement de Chicago

A Paris, le plan de Baron Haussmann était très similaire. En fait, on peut voir où le plan Burnham a emprunté ces idées. En plus des grands boulevards, la ville de Chicago est très connue pour ses parcs. A Paris, le parc le plus connu est les Tuileries. Créé en 1564 par Catherine De Medicés, les Tuileries sont connues de nos jours pour son ambiance décontractée et son paysage magnifique. A Chicago, on peut aller à Grant Park afin de faire une expérience similaire. Le style de jardin à Grant Park s'appelle les Beaux Arts et l'Art Deco. 

Chicago: la vie, la ville, et la prairie


Les trottoirs, à mon avis, semblent converger à un seul point, appelé la fontaine Clarence Buckingham. La fontaine Clarence Buckingham est l'une des plus grandes fontaines du monde et bien connue pour son architecture française. La fontaine était construite par Edward H. Bennet, un ancien étudiant à l'Ecole des Beaux-Arts à Paris, et ses statues étaient conçues par Marcel F. Loyau de  Vernou-sur-Brenne en France. En fait, la fontaine ressemble vraiment au parterre de Latone à Versailles. Donc, si on veut vivre la vraie vie française à Chicago, on doit aller à Grant Park.

Jour 2

Quand on pense à Paris, on a tendance à imaginer le boulevard des Champs-Elysées. A Chicago, l'avenue équivalente s'appelle l'avenue Michigan, connue aussi comme le mile magnifique. A 435 North Michigan Avenue il y a un gratte-ciel appelé la tour Tribune. La tour Tribune était conçue par John Howells et Raymond Hoods en style néo-gothique. Là, on peut voir des exemples de gothique flamboyant y compris des gargouilles et des arcs-boutants. En fait, la tour Tribune est inspirée de la tour de Beurre de la cathédrale Notre-Dame de Rouen. On peut voir beaucoup d'exemples de l'influence française sur la tour. Quand on regarde le sommet de la tour, on peut voir plusieurs sculptures des fleurs de lys, une image très connue en France. 


La Tour Tribune
Photo de Getty Images
Sur la façade de la tour Tribune, il y a des morceaux d'autres bâtiments de partout dans le monde. On peut trouver un morceau de pierre de l'arc de Triomphe et de la cathédrale de Reims. On peut aussi trouver une plaque qui indique:

" Tribune Tower; John Mead Howells and Raymond Hood, architects 1925. This design was the result of an International competition for 'the most beautiful office building in the world,' held in 1922 by the Chicago Tribune. The competition proved extremely influential for the development of skyscraper architecture in the 1920's. The crowning tower, with its flying buttresses, is derived from the design of the French cathedral of Rouen and gives the building a striking silhouette. Designated on February 1, 1989; Richard M. Daley, Mayor."


Photo de Matt DeMaris
D'autres exemples de l'architecture française comprennent la chapelle de St. James, située à 831 N. Rush Street. Cette chapelle est inspirée de la Sainte Chapelle à Paris. Les vitraux sont très similaires aux vitraux à la Sainte Chapelle et étaient bénis en 1920. On peut voir beaucoup d'exemples de l'architecture française à Chicago. Pendant votre prochain séjour, examinez  très précisément les sculptures de tous les gratte-ciels. Regardez aux fleurs de lys sur la façade du Jewelers Building, ou le style de la Renaissance française au Civic Opera House. C'est vraiment magnifique, la manière dont la France a influencé l'architecture de Chicago.

Jour 3

Il y a des personnes qui comparent la ville de Paris à la ville de Chicago. En fait, Paris et Chicago sont les villes jumelles. En 2001, la ville de Paris a donné un cadeau à sa jumelle. Ce don était une réplique de la bouche d’un métro parisien, conçue par Hector Guimard. La station s’appelle la station Van Buren. Sur le plan de Metra, il y a un symbole qui note:

“Paris Metro Entryway; Hector Guimard; Designed 1900, cast 2003; A gift of the Régie Automne des Transports Parisiens (RATP) and the Union League Club of Chicago. City of Chicago Public Art Collection; City of Chicago; Richard M. Daley, Mayor.”


Photo de Matt DeMaris

L’entrée est un exemple d'art nouveau et un très bon exemple de ce qu’on voit tous les jours à Paris. Il y a beaucoup de stations à Paris, conçues par Hector Guimard. On peut les trouver à la Porte Dauphine, à la station Palais-Royal, et à la station Châtelet. Si on ne veut pas aller à Paris afin de voir ces stations, on peut aller à Montréal où il y a une entrée qui est très similaire à l’entrée de Van Buren. L’architecte français, Hector Guimard, est né le 10 mars 1867 et est mort le 20 mai 1942. Il est le représentant majeur de l’art nouveau en France et partout dans le monde. Je dirais que si on veut voir un vrai exemple de l’influence française à Chicago, on doit aller à l’entrée de la station Van Buren.


La Station Van Buren
Voilà, on a vu de l’art nouveau, de l’architecture gothique, et des parcs; tous des éléments qui représentent la vraie expérience française à Chicago. Mais il y a plus de choses à voir. Demain, on va visiter  l'institut d'art de Chicago afin de découvrir comment les Français ont contribué aux collections d’art à Chicago. 
L'Expérience française actuelle à Chicago 
Quand je suis rentré aux Etats-Unis en décembre, je me rappelle que la beauté de Paris et que la culture française me manquaient. Cependant, l'expérience française ne doit pas nécessairement commencer et s'arrêter en France. Pour les étudiants ou les voyageurs qui veulent continuer leur expérience française après leur séjour en France ou à un autre pays francophone, je vous invite de me joindre en explorant la vraie vie française à Chicago. On va faire un coup d'oeil à l'architecture française, à la culture culinaire française, aux similarités entre Paris et Chicago, et au mode de vie d'un Français typique à la grande ville de Chicago. Au cours de notre voyage, on va faire un arrêt bref au marché français, rendre visite à la tour Tribune, prendre le Metra à la rue Van Buren, et prendre un bon repas au French Pastry School. Si vous avez de bonnes suggestions, laissez un commentaire ci-dessous!

Paris et Chicago: Villes jumelles

mercredi 21 mars 2012

Une Parisienne à Chicago


A Parisienne in Chicago [8]
Quelle était l'expérience française à Chicago à l'exposition universelle de 1893 à Chicago? Est-ce que c'est vrai que les Américains mangent avec leurs mains? Est-ce qu'ils disent vraiment Howdy et y'all tous les temps? Est-ce que tous les Américains vont à l'Eglise chaque dimanche? Quelle était la vraie vie américaine? Pour répondre à cette question, j'aimerais discuter le livre qui s'appelle A Parisienne in Chicago (Une Parisienne à Chicago) par Madame Léon Grandin. Le livre a été traduit par Mary Beth Raycraft. Le but de cet article est de découvrir la ville de Chicago à travers les yeux d'une Parisienne du 19ème siècle.


Avant de commencer la lecture du livre, je voulait comprendre  pourquoi une dame comme Madame Léon Grandin voulait aller aux Etats-Unis. L'auteure note que Madame Grandin était très riche et qu'elle a faisait partie de la classe bourgeoise. Mais, Madame Grandin écrit comme si elle était un enfant, avec des yeux grands ouverts. Elle était curieuse. Je voulais vraiment comprendre la cause de cette curiosité. Je me souviens que j'ai lu un livre intitulé De la démocratie en Amérique par de Toqueville où il écrit de la vie américaine et l'avenir des Etats-Unis. Il écrit du rapport entre les Américains et les Européens quand il note: 


"Avec le temps, les Américains parviendront sans doute...mais jamais les deux continents ne pourront vivre entièrement indépendants l'un de l'autre: il existe trop de liens naturels entre leurs besoins, leurs idées, leurs habitudes et leurs moeurs." [1]


Quand je lis ses notes, je peux visualiser et entendre son enthousiasme:


"...les Anglo-Américains couvriront seuls tout l'immense espace compris entre les glaces polaires et les tropiques; ils se répandront des grèves de l'océan Atlantique jusqu'aux rivages de la mer du Sud." [2]

Il y a un type de mysticisme qui entoure les Etats-Unis et c'est clair que cela est la motivation du voyage de Madame Grandin. La traductrice est d'accord et elle écrit dans l'introduction. Elle écrit dans l'introduction qu'il y a beaucoup d'aspects de la ville de Chicago qui ont surpris les visiteurs français. Par exemple, la taille de la ville (cinq fois la taille de Paris), la hauteur des gratte-ciel (Chicago a inventé le premier gratte ciel) la culture et les politiques de la ville et des Etats-Unis en général intéressaient les Français. 


Chicago History Museum (Photo de Matt DeMaris)

Le début de texte se passe sur un bateau. Madame Léon Grandin et son mari font un voyage du Havre à New York. Elle décrit le bateau, le voyage, l'ambiance, et la mer. Je ne peux pas imaginer l'expérience parce que de nos jours, personne ne traverse l'océan en bateau. Mais je m'éloigne du sujet. Madame Grandin arrive à Ellis Island et prend le train de New York au lac Huron. Je note ses pensées quand elle arrive au lac Michigan. Elle le décrit:


"The next day when I awakened, we were riding along another lake so vast that it resembled an ocean: Lake Michigan." [3]


Madame Grandin n'avait pas peur d'écrire ce qu'elle pensait. Elle écrivait souvent des Amérindiens et de leur courage ainsi que de ses pensées sur les Afro-américains à Chicago. Elle n'aimait pas que les Américains mâchaient du tabac et qu'elle ne pouvait pas boire de l'alcool à cause du mouvement de Prohibition aux Etats-Unis. Il y a beaucoup d'instants où elle compare la vie américaine à la vie française. Par exemple, elle écrit de la vie d'un enfant français. Elle écrit qu'aux Etats-Unis, un enfant est libre et a l'opportunité d'exprimer ses sentiments. 

Elle écrit des comparaisons entre les soldats américains et les soldats français. Elle note:


"The American soldier is not at all like our French soldiers who are obliged to perform military service. Unlike their French counterparts, Americans join the army because of their love for it, not out of a sense of obligation." [4]


J'étais surpris quand Madame Grandin a écrit du boulevard de Drexel. Elle l'a comparé à l'avenue des Champs-Elysées. Elle rit de temps en temps quand elle ne peut pas trouver la chose qu'elle désire. Par exemple, elle rit quand elle ne peut pas trouver du persil. 



Madame Grandin est fascinée par l'exposition universelle de 1893 à Chicago. Elle indique des similarités entre Paris et Chicago quand elle écrit:




"The [Auditorium] theatre is considered by Americans to be the rival of the Paris Opera...Inside, the theater had a sumptuous appearance of an official gala, whether in Chicago or Paris...I was struck by how different the ambiance was from our stiff, formal balls in France." [5]


The Auditorium [9]
The Auditorium se trouve à:
50 East Congress Parkway
Chicago, IL 60605
USA


A l'exposition, Madame Grandin note qu'elle adore la grandeur des présentation. En particulier, elle indique "The Women's Exhibition" et son élégance. Cependant, elle écrit qu'elle n'aime pas la Grande roue. Elle note:

"According to Americans, the Ferris wheel was one of the greatest attraction of the Fair and easily urpassed the Eiffel Tower....This construction may have been remarkable in the eyes of the engineers, but I see neither the charm nor the utility of this circular ride." [6]


Ferris Wheel
The Chicago History Museum (Photo de Matt DeMaris)


Pourtant, elle conclut... "I am not afraid to say that this exposition in Chicago, which was so criticized, was marvelous and superior to all of previous ones. With our meager resources, we could never equal its splendor." [7]



The Field Museum [10]
J'ai visité le Musée de l'Histoire de Chicago (Chicago History Museum) afin de mieux comprendre l'histoire et la grandeur de cette exposition. L'Exposition universelle se tient du 1er mai 1893 au 3 octobre 1893. Le thème principal de l'exposition était la découverte de l'Amérique par Christophe Colombe. Le décor et l'architecture des batîments ont donné à l'exposition le surnom la "ville blanche". Tristement, cette ville blanche a brûlé en 1894.



Il y a deux bâtiments qui existent encore aujourd'hui. Ces batiments comprennent "The Field Museum" et "The Museum of Science and Industry." 


The Museum of Science and Industry [11]
A mon avis, l'exposition a fait la ville de Chicago une vraie ville universelle et aujourd'hui, il y a des millions de personnes qui la visitent chaque année. 


Quant à Madame Grandin, quand elle est rentrée à Paris, elle s'écria qu'elle reviendrait! Elle a réalisé son rêve en 1895 quand elle a divorcé son mari et elle est revenue à New York.


Après avoir lu ce livre, j'ai découvert qu'une expérience française 


________________________
[1] Braude, Beatrice, and Brigitte Coste. Engagements, Prises De Positions Littéraires Et Culturelles. New York:
Harcourt Brace Jovanovich, 1981. 42. Imprimé.
[2] ibid., 43
[3] Grandin, Léon, and Mary Beth. Raycraft. A Parisienne in Chicago: Impressions of the World's Columbian Exposition. Urbana: University of Illinois, 2010. 29. Print.
[4] ibid., 62
[5] ibid., 57
[6] ibid., 139
[7] ibid.
[8] "A Parisienne in Chicago." A Parisienne in Chicago. Web. 05 Apr. 2012. <http://www.aparisienneinchicago.com/>.
[9] "The Devil’s Ball." The Devil’s Ball. Web. 05 Apr. 2012. <http://mydrinkon.com/the-devils-ball/>.
[10] Potter, Victoria. "Travel Tuesday: Chicago's Field Museum." Roam. Web. 05 Apr. 2012. <http://www.roammobility.com/blog/chicagosfieldmuseum/>.
[11] "Museum of Science and Industry." Best Tourism Best Destinations. Web. 05 Apr. 2012. <http://www.bestourism.com/items/di/1163?title=Museum-of-Science-and-Industry>.



mercredi 7 mars 2012


L'Héritage de Jean Baptiste Pointe Du Sable

Quel est l'héritage de Jean Baptiste Pointe Du Sable? A la fin du 18ème siècle, Jean Baptiste s'est installé à l'embouchure du fleuve Chicago. De nos jours, le nom de Du Sable peut se voir partout. J'ai visité beaucoup de lieux afin de mieux comprendre la vie de Du Sable, son histoire, et son héritage comme vu par les résidents de Chicago. J'ai découvert que Du Sable est plus qu'un homme typique. Il est un symbole; un symbole qui existe dans le coeur de chaque Chicagoan, de chaque visiteur à ses lieux, de chaque Afro-américain, et de chaque rêveur.

Le pont DuSable est indiqué sur le plan ci-dessus.

Jean Baptiste Pointe Du Sable a construit une cabane à côté du pont Du Sable actuel. Donc, j'ai visité l'endroit où il s'est installé et j'ai trouvé une plaque et un monument de lui à la place de la cabane. La plaque affiche:

"Jean Baptiste Pointe DuSable, 1745-1818, Founder of Chicago. African-Carribbean born in St. Marc, Haiti. In the 1770's he opened the first trading post beside the Chicago River, establishing the settlement that became Chicago. The DuSable homestead was located near this site. This monument is given to the City of Chicago by Haitian-born Mr. Lesly Benodin to honor the legacy of its founder. Bust of Jean Baptiste Pointe DuSable, Erik Blome, 2009. City of Chicago Richard M. Daley, Mayor, Public Art Collection."

Photo de Matt DeMaris
Photo de Matt DeMaris

Il y a une statue au dessus de la plaque qui montre Du Sable quand il était jeune. Beaucoup de personnes peuvent facilement voir la plaque pendant leur promenade à travers le pont DuSable. A mon avis, la plaque représente le fait que Du Sable était vraiment le premier habitant de Chicago. A mon avis, c’est à cause de lui que la ville existe aujourd’hui.

Photo de Matt DeMaris

Mais, je crois qu’il y a plus à voir de son héritage qu’une seule plaque. J’ai fait des recherches et j’ai trouvé un musée, appelé Le Musée Du Sable. j’y suis allé et j’ai découvert que c’est vrai que Du Sable représente plus qu’un fondateur. Le thème du Musée Du Sable est l’histoire afro-américaine. Il y avait beaucoup de photos, de tableaux, de monuments, et d’objets historiques qui représentent la lutte des esclaves noirs aux États-Unis et ailleurs. Je suis entré dans la première salle, appelée la salle des fondateurs. La salle affiche le début du musée et son expansion. A mon avis, la croissance du musée est similaire à la croissance de la ville après Du Sable. Il y a une affiche qui présente Du Sable et ses paroles de sagesse: “What will your legacy be?” Voilà, en un instant, j'ai compris l'héritage de Du Sable. Ce n'est ni une plaque, ni un musée. L’histoire de Du Sable représente l'histoire de la ville entière de Chicago. C'est l’idée que quelqu’un, n'importe son ethnicité, peut changer le monde.


Statue de la tête de Du Sable
Une affiche à l'entrer du Musée du Sable





















J’ai continué; j’ai vu avec étonnement l’histoire et la lutte des esclaves. J’ai vu les chaînes qu’ils portaient pendant leur traversée de l’océan Atlantique. J’ai vu les photos des Afro-Américains qui ont lutté contre les Allemands pendant la première et le deuxième guerre Mondiale.  Il y avait une salle pour Monsieur Harold Washington, le premier maire noir de Chicago. A mon avis, je crois que ce progrès ne serait pas possible sans la contribution Du Sable.


Photo de La Croix de Guerre

Le Musée Du Sable est situé à:

DuSable Museum of African-American History
740 East 56th Place 
Chicago, IL 60637
USA


Après, j’ai décidé d’aller au Musée de l’histoire de Chicago. Il y avait beaucoup d’information au sujet de Du Sable et les fondateurs de Chicago. Je pense que ma salle préférée est la salle des Dioramas. Il y a plus de 8 dioramas qui montre l’histoire de Chicago. Il y a un diorama de la cabane de Du Sable, un diorama du grand feu de Chicago, et d’autres dioramas comme le diorama de l’exposition à Chicago de 1893. On peut voir la évolution de Chicago au cours des 19ème et 20ème siècles. Cette progression est possible à cause des contributions de Du Sable.

Photo d'un tableaux de Chicago en 1779
Chicago History Museum
Photo de Matt DeMaris
On peut trouver le musée de l'histoire de Chicago à:


Chicago History Museum
1601 North Clark Street
Chicago, IL 60614
USA


Cependant, son héritage, son histoire, a connu des problèmes. Par exemple, Christopher R. Reed de l’Université de Roosevelt écrit qu’en 1933, L’Exposition Universelle s’est déroulée à Chicago. Le but était de célébrer la vie du fondateur Du Sable mais le problème était qu’il était Afro-Américain. Il écrit:

“The issue at hand in the 1930s was how to win recognition for Jean Baptiste Point de Saible (also Pointe Du Sable) as the city’s founder. The major complication in all of this was his being of African ancestry.”[1]

Photo de Matt DeMaris
Il y avait un mouvement étonnant pour honorer Du Sable à l’exposition, mené par The Colored Citizens World’s Fair Council qui comprenait de The Chicago Urban League, NAACP, et d’autres organisations importantes.[2] En 1930, un modèle de la cabane de Du Sable était construit comme la première structure de l’exposition.[3] Même s’il y avait "des problèmes", le résultat était la reconnaissance de Du Sable comme le premier résident de Chicago. Si on veut lire plus sur l’Exposition Universelle en 1933 et Du Sable, je vous conseille de lire Journal of Black Studies par Christopher R. Reed.

La lutte des noirs de Chicago était longue et difficile, mais il faut dire, comme dit le conseiller municipal Robert Jackson:

“[Du Sable built a home that] was the cradle of a city which was destined to and actually has become the greatest city in the world.”[4]


Même aujourd'hui, on peut trouver le visage de Du Sable partout dans Chicago. Il apparaît sur un timbre. Le 20 février 1987, The United State Postal Office a introduit un timbre commémoratif de Du Sable pour célébrer Black History Month. [5]


Un timbre de Du Sable [6]

Du Sable ést un symbole universel. C’est à cause des gens comme lui que l’esclavage a été aboli. En 1794, la France l’a aboli. Sur le site-web de l'Ambassade de France, on peut lire:

“Le 4 février 1794, la Première République (Convention) vote l’abolition de l’esclavage dans toutes les colonies françaises. Le décret d’abolition énonce que « la Convention déclare l’esclavage des Noirs aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »
Rétabli par le Consulat en 1802, l’esclavage est ensuite définitivement aboli en 1848 sous l’impulsion de Victor Schoelcher par la Deuxième République.”[7]


Du Sable était un homme, un explorateur, un fondateur, un symbole de liberté, et un pionnier de l’espoir pour des peuples opprimés. Son héritage continue à jouer un rôle à Chicago et partout dans le monde. 

Photo de Matt DeMaris


[1] Reed, Christopher. "In the Shadow of Fort Dearborn." Journal of Black Studies. Newbury Park, Ca.: Sage Publications, 1989. 398. Print.
[2] Ibid., 401
[3] Ibid., 406
[4] Ibid., 404
[5] Rich, Tim. "USPS Black Heritage Stamps - Jean Baptiste Pointe Du Sable." Antiques and Collectibles. 30 July 2010. Web. 29 Feb. 2012. <http://tim-rich.suite101.com/usps-black-heritage-stamps---jean-baptistepointe-du-sable-a267767>.
[6] ibid.
[7] "La France Et L’abolition De L’esclavage : L’esclavage a été Aboli En France En 1794 Puis Définitivement En 1848." Abassade De France. Le Consulat Général De France. Mer. 29 Fev. 2012. <http://www.ambafrance-uk.org/L-esclavage-a-ete-aboli-en-France>.